Portrait de Amal Kammachi, responsable de la sécurité ferroviaire au tram

Quel est votre parcours ?
J’ai suivi des études d’ingénieur industriel en électromécanique à l’ECAM. J’ai commencé ma carrière au sein d’une entreprise qui s’occupait du balisage lumineux des pistes d’atterrissage. Il fallait notamment tester l’équipement en laboratoire et voir si celui-ci répondait aux normes. Mais pour moi, ça manquait de « nouveaux challenges ». Après deux années, j’ai eu l’impression d’avoir en quelque sorte « fait le tour » de la fonction.

Comment êtes-vous arrivée à la STIB ?
Après un an chez mon premier employeur, j’ai envoyé un CV à la STIB. Je connaissais la société en tant qu’utilisatrice des transports publics, vu que je n’ai pas de voiture. On m’a répondu qu’il n’y avait pas de poste pour moi pour l’instant, mais qu’on gardait mon CV dans la base de données. Et c’était vrai ! Un an plus tard, la STIB m’a recontactée car des postes s’ouvraient pour de jeunes ingénieurs. On m’a présenté deux postes, dont un au sein de la cellule Safety du département tram. Je n’étais pas formée à ce métier-là et je me suis dit que cela pourrait être intéressant car, justement, ce n’est pas courant. C’est un métier très spécifique, qu’on n’apprend pas à l’école, mais mes futurs responsables m’ont rassurée directement, en m’expliquant que j’allais être formée et accompagnée par des « anciens ».

En quoi consiste justement votre boulot ?
Je m’occupe de la « safety » au tram. Il y a différents aspects à mon travail. Je suis notamment chargée, lorsqu’un accident survient avec un tram ou sur le réseau de tram, d’analyser ce qui s’est passé. En fonction du type d’accident, il faut trouver et étudier les causes, chercher des pistes d’améliorations … Cela nécessite l’intervention de différents services internes et externes. On a des contacts réguliers avec les gestionnaires de voiries et Bruxelles Mobilité, notamment. J’ai d’ailleurs suivi une formation à la conduite des trams, car comment bien analyser les causes d’un incident ou définir des procédures pour améliorer la sécurité, si on ne connaît pas soi-même ce sentiment de conduite des véhicules ferrés et les difficultés d’insertions urbaines auxquels les conducteurs sont confrontés chaque jour? J’interviens aussi lorsqu’il est question de renouveler les voies de tram ou de créer de nouvelles lignes. On réalise une analyse de risques, on étudie les plans et on établit comment faire en sorte que l’infrastructure soit la plus sûre possible pour notre personnel et les voyageurs. Il faut tenir compte de l’insertion en ville, des usagers, de la typologie des voiries … Tout cela se fait également en collaboration avec différents services et c’est d’ailleurs très intéressant, car cela « ouvre l’esprit », on apprend à trouver ensemble les meilleures solutions pour tous.
L’équipe « Safety » s’implique également dans la formation continue des conducteurs de tram avec le centre de formation, afin de prévenir les accidents, et s’investit aussi avec le département marketing dans les campagnes de communication externe destinées à sensibiliser les usagers : attention quand vous montez ou descendez d’un tram, rappel des règles de priorité des trams, etc.

Quelles qualités faut-il pour faire votre travail ?
Il faut un esprit analytique et ouvert, pouvoir aller en profondeur, au bout des choses, afin de trouver les bonnes solutions. Il faut aimer travailler en équipe, pouvoir argumenter, tenir compte des intérêts de chacun et trouver des compromis. Il faut parfois être un as du compromis d’ailleurs !

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?
Il y a un côté social, humain, qu’on ne trouve pas dans tous les métiers proposés aux ingénieurs, même si le métier reste très technique également. Mon boulot ne s’apprend pas à l’école et il touche à pleins de domaines différents. J’aime être en contact avec pleins de gens différents et me sentir utile.
J’aime aussi le fait que la STIB m’a permis de faire des formations et m’aide à m’améliorer dans mon métier, je me sens soutenue par mon équipe et mon employeur. J’ai d’ailleurs l’occasion de rencontrer les responsables sécurité d’autres réseaux de tram. On discute de nos difficultés, on partage nos expériences, nos solutions, c’est très enrichissant !

Fiche d’identité
Prénom : Amal
Nom : Kammachi
Fonction: Risk & Safety manager au tram
Age : 30 ans
A la STIB depuis : 5 ans
Domicile : Bruxelles